Sur son system, Aba Shanti I fait encore trembler le Trabendo!

Dans le flot des sessions dub actuelles, ces dernières finissent parfois par se ressembler. Aba Shanti I sans MC ni chanteur au Trabendo, ce n’est pas une première et pourtant la magie a encore opéré samedi dernier, comme pour Jah Shaka il y a deux mois.  Seul maître à bord de son sound system, Aba n’a pas lésiné sur les big tunes. Alternant tueries classiques et dubplates, le soundman anglais a mené une danse mémorable tambour battant jusqu’à six heures du matin, prouvant par là même qu’il restait le maître du genre, des deux côtés de la Manche. Retour sur la dernière Paris Dub Station, 45e du nom! 

Aba Shanti I, au micro et à la sélection a progressivement retourné le Trabendo.

Aba Shanti I, au micro et à la sélection, a progressivement retourné le Trabendo.

Qu’est-ce qui fait une vraie bonne session?  Un bon sound system, oui forcément. De bonnes sélections naturellement. Un endroit sympa et un public réceptif évidemment… Mais si tous ces ingrédients sont nécessaires à bonne dance, ils ne suffisent pas forcément à la retourner! Non pour ce faire, il faut quelque chose de plus. Créer une atmosphère unique, une vibe hors du temps partagée par tous et qui s’évanouira au petit matin. Une communauté de destin et d’esprit en somme qui lie chacun des danseurs par quelque chose de spécial : l’impression d’être au meilleur endroit au meilleur moment comme c’était le cas cette nuit là.

Dans un Trabendo surchauffé, le premier choc ressenti en entrant, c’est la puissance sonore qui flirte avec le niveau des sessions anglaises. Ce n’est pas tout à fait l’University of Dub mais Aba qui a ramené son full sound system de Londres n’a visiblement pas l’intention de se priver des capacités de ses stacks disposés en triangle (pas du tout equilatéral).
Si le Londonien joue beaucoup de roots et même de superbes instrumentaux early reggae voire ska en première partie de nuit, il ne tarde pas à basculer vers des productions maisons et des versions plus warrior style à commencer par l’entêtant « Positive Vibration » et ses déclinaisons. La foule est en transe, la moitié tournée vers les murs de son, l’autre vers Aba qui lui tourne le dos dans une drôle de configuration. Opérateur minimaliste, Aba Shanti, qui n’a plus grand chose à prouver, coupe les disques parfois brutalement, s’emparant de plus en plus du micro entre les morceaux.

Une partie du sound system d'Aba déplacé au Trabendo pour l'occasion.

Le sound system d’Aba déplacé au Trabendo pour l’occasion.

Lui aussi semble ne faire plus qu’un avec la musique. Ses sélections s’affûtent à mesure que la nuit progresse. Le poignant « Shep to the Shepherd » de Prince Jamo adoucit un peu un passage stepper bien méchant. S’en suit une avalanche de dubplates toutes plus folles les unes que les autres. Initié à la musique par son père,  accompagné par son frère Blood Shanti, Aba a le sens de la famille et joue les productions de son fils, le précoce et surdoué Ashanti Selah (19 ans à peine!) ou encore deux dubplates phénoménales de TNT Roots inna warrior style !

Autre moment de grâce, la sélection d’une production de son fiston avec un violoniste français, Ras Divarius. Un morceau intemporel qui confère à la dance un côté ultra mystique voire spirituel et en tout cas, très serein. L’émotion qui s’en dégage est magnifique et on espère entendre cette composition sur les platines prochainement, sur Falasha Recordings ou ailleurs…

Il est maintenant 5h50 et c’est le célèbre « Victory » de Luciano qui est choisi pour nous dire au-revoir. La foule est aux anges, communiant avec son guide. Deux pull up et deux versions plus tard, la bulle musicale s’évanouit soudainement. Aba nous souhaite de rentrer « at home nice and easy« . Dehors, il fait déjà beaucoup trop jour, les oreilles sifflent et la dénomination « Jah Lightning & Thunder sound system » prend tout son sens. On le reverra dès le 6 juillet pas loin de Nantes lors du Dub Camp pour une session qu’on espère aussi électrisante et régénérante!

Reportage : Musical Echoes (Photos/vidéos : Tom Tsoham. Textes/mise en forme : Emmanuel).

 

Aba à la sélection mais aussi opérateur.

Aba à la sélection mais aussi opérateur.

Au fil de la nuit, le soudman s'empare de plus en plus du micro.

Au fil de la nuit, le soudman s’empare de plus en plus du micro.

Aba ne passe pas seulement de la musique. Il semble investi d'une mission.

Aba ne passe pas seulement de la musique. Il semble investi d’une mission. Conscious sound! 

Un sélecteur qui utilise encore massivement les vinyles! Une leçon pour beaucoup de sounds plus jeunes...

Un sélecteur qui utilise encore massivement les vinyles! Une leçon pour beaucoup de sounds plus jeunes…

Aba nous dit au-revoir sur la superbe "Victory", il n'est pas loin de 6h du matin.

Aba nous dit au-revoir sur le superbe « Victory », il n’est pas loin de 6h du matin…

... et nous donne rendez-vous pour sa prochaine  date française : le dimanche 6 juillet pour le Dub Camp (44).

… et nous donne rendez-vous pour sa prochaine date française : dimanche 6 juillet pour le Dub Camp (44).

Rergardez un extrait de la dub station#45 ici : 

Aba Shanti I plays Ashanti Selah dubplate with Ras Divarius ici : 

Aba Shanti I plays TNT Roots « Earthman Style » ici : 

Aba Shanti I plays « Victory » (Luciano) ici : 

D’autres vidéos de cette session ici : 

Un montage vidéo des last tunes de la session (par Alexandre Gaonach) ici : 


 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s