Deux belles sessions dub parisiennes ce soir et demain!

Respectivement ce soir et demain, ce sont deux jolis événements reggae/dub qui sont programmés à Paris : La première de Paris Dub Session au Petit Bain avec entre autres, Brain Damage et Weeding Dub et le lendemain, le festival Music to Rock the Nation qui va faire « skanker » l’univeristé Paris Dauphine avec Ackboo et Mungo’s Hi Fi notamment. Demandez le programme! 

Mungo's Hi Fi in session! La crême du dub européen.

Mungo’s Hi Fi in session! La crème des sounds européens.

Paris Dub Session #1 : ce soir (mercredi 7 mai) au Petit-Bain (7 port de la Gare, 13e), de 23h45 à 06h. 

C’est une nouveauté et c’est une bonne nouvelle pour tous les fans de dub music et de culture sound system! Après les traditionnelles Dub Station et le retour des Paris Dub Culture, ce sont donc les Paris Dub Session qui débarquent dans la péniche bien connue des reggae addicts du Petit-Bain! Montée par le collectif grenoblois One One Six, qui promeut toutes les musiques électroniques, cette première session a vu grand avec deux dub-makers parmi les plus actifs de la scène française : Brain Damage et Weeding Dub!

Doit-on encore présenter Brain Damage, à la fois pionnier et toujours fer de lance de la scène dub française? Une formation réduite à Martin Nathan qui enchaîne les projets, les disques et tournées avec une double exigence : l’excellence et la nouveauté. Son dub/stepper fait fureur par sa précision et son mariage subtile entre des sonorités très froides et électroniques et une base reggae plus chaloupé au groove incomparable…

C’est un peu le même principe qui régit la musique de Weeding Dub, producteur lillois prolifique et très branché stepper. Un dub bien cadencé aux skanks incisifs et à la basse martelante. Sorti à l’automne dernier, son dernier album, Inna Digital Age, est une petite merveille de production avec quelques titres uppercuts... Tout aussi immanquable aussi donc!

Le dub maker Weeding Dub aka Romain, fervent adepte de stepper.

Le dub maker Weeding Dub aka Romain, fervent adepte de stepper.

En plus de ces deux valeures sûres, les organisateurs ont choisi deux noms qui parleront davantage aux Grenoblois qu’aux Parisiens mais qui devraient envoyer du lourd pour poursuivre la nuit jusqu’à l’aube. DLSM, du label One One Six d’abord, devrait donner à entendre un dub original qui navigue entres des influences digitales, hip hop voire trip-pop pour un rendu plus sombre mais bien dansant. Bien connu en Isère, le Roots Collective devrait achever les derniers danseurs à coup de sélections allant du roots au stepper actuel. Big tunes garanties jusqu’au petit matin en principe!

Une première session qui promet avec un joli line-up et un PAF raisonnable pour Paris (13€ ou 15€ sur place)!

La page facebook de l’événement : https://www.facebook.com/events/638980412848907/?fref=ts

cover-paris-dubsession-e1397729558154

 

Festival Music to Rock the Nation : jeudi 8 mai, université de Paris Dauphine, place du Maréchal de Lattre de Tassigny, Paris 16e. 14h-00h.

Dès le lendemain et jour férié pour la majorité des gens, c’est carrément un festival qui investit la fac de Paris Dauphine, tout l’après-midi et toute la soirée jusqu’à minuit à l’initiative de l’association L’Oreille Dauphine.
Au menu, pas moins de huit heures de son axé vers le reggae/dub, la world et le hip hop. Une programmation bigarrée qui devrait plaire aux plus grand nombre, en tout cas aux amateurs de « black music », terme générique un peu fourre-tout.

Dans le détail, c’est la formation Root’n Nation qui ouvre les hostilités (dès 14h) avec un reggae/rock aux influences variées. Puis c’est avec le hip hop parisien de Naïad et ses invités qui donnent dans le rap old school sur des beats plutôt jazzy que cette épopée musicale se poursuit. Un bon flow, net et tranchant avec des textes inspirés! Ce sont ensuite Les Frères Smith qui prennent le relais pour un feu d’artifice musical : pas moins de quatorze musiciens avec percussions, cuivres, guitares (…) pour un rendu électrisant entre afrobeat, jazz et surtout, un maximum de groove.

C’est sur les coups de 18h, que les choses sérieuses (comprenez le reggae/dub) commencent réellement. A l’heure du thé, c’est donc Ackboo qui s’installe devant sa console. Le jeune producteur toulousain, petit génie du riddim, ne vient pas seul mais accompagné de Brother Culture, MC anglais à la dentition aléatoire mais au flow tranchant et incisif qui n’est jamais à cours de lyrics. A ne pas manquer donc si vous aimez les basses bien lourdes et les tempos trépidants!

2_167272_0

Le MC anglais, Brother Culture accompagnera le toulousain Ackboo.

Toujours dub mais dans un style complètement différent et beaucoup plus instrumental, Faya Dub enchaîne et se charge du début de soirée avec un cocktail musical de jazz et de reggae/dub. Une musique aérienne qui devrait faire planer même les esprits les plus récalcitrants au genre ! L’occasion pour les fans (et les autres) de découvrir leur dernier et quatrième opus On the Road sorti en février dernier.

L’apogée de la soirée (selon nous) est atteinte ensuite (vers 21h donc) avec le sound system écossais Mungo’s Hi-Fi du nom du saint Patron de la ville de Glasgow dont ils sont originaires. Pour faire simple, c’est le top du top des sounds européens. Avec de nombreuses productions à leurs actifs, les Ecossais ont réussi à bâtir un son qui leur propre : un reggae dansant qui se mue peu à peu en bass music impitoyable et fait trembler le danceflloor à tous les coups. D’autant qu’ils seront épaulés au micro par Solo Banton, l’un des meilleurs MCs de la scène européenne actuelle. Une voix rocailleuse à souhait et un débit ultra rapide qui feront fureur sur les riddims bien fats des Mungo’s! Un must!

Le festival s’achève sur des notes plus universelles avec Goayandi, groupe world qui puise son inspiration dans les transes gnawa, soufies et indiennes. De quoi prolonger ce long voyage musical mais aussi spirituel et conclure ce festival par des notes de  didgeridoo ou de citar… Planant, enivrant et même dansant!

Au final, c’est une belle odyssée ouverte, curieuse mais aussi pointue que nous propose le Music to Rock the Nation. Un festival qui donne à entendre, en l’espace d’une même journée, le meilleur de courants musicaux sacrément différents mais tous tournés vers l’humanisme et la solidarité. Pas des vains mots quand on sait que les bénéfices seront entièrement reversés à l’association Le Rire médecin. Chapeau!

*PAF : 15 € sur place, 13 € en préventes réseaux FNAC et digitick et 10 € en préventes à Dauphine. 

La page facebook de l’événement : https://www.facebook.com/events/734076136614029/744174755604167/?notif_t=event_mall_comment

Musical Echoes.

music-to-rock-the-nation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s