MC Oliva (Blackboard Jungle) : « Notre première grosse session, c’était à Paris avec Jah Shaka! »

DUB INTERTVIEW! S’il est un grand habitué des Dub Station parisiennes, Blackboard Jungle a marqué la session #43 d’une pierre blanche. Le sound system haut-normand fête pour l’occasion ses 20 ans d’activisme musical avec Jah Youth et les MCs African Simba et Dixie Peach demain samedi 8 février au Trabendo!
Retour sur les débuts de ce sound français devenu incontournable avec son MC et chanteur, Olivier, qui nous parle aussi de l’influence de la culture sound system anglaise et de deux projets tout frais qui arrivent bientôt dans les bacs! 

Blackboard Jungle (Nico et MC Oliva, au premier plan), lors de la Dub Station #25 à Paris, lors de l'été 2010.

Blackboard Jungle (Nico et MC Oliva, au premier plan), lors de la Dub Station #25 à Paris, lors de l’été 2010. Crédit photo : Florian Calteau.

Musical Echoes : Blackboard Jungle fête cette année ses 20 ans d’activité dans la musique mais j’imagine que vous n’avez pas eu un sound system tout de suite? Comment l’aventure a-t-elle commencé?

Olivier : Non tout a commencé avec une émission de radio qui s’appelait « Reggae Sunsplash  » sur RC2 à Rouen. Nico venait me chercher car je n’avais pas le permis à l’époque… (rires). Après on a eu notre premier scoop en 1999 je crois et le premier ampli en 2000. On a fait pas mal de petites soirées à Rouen dans des salles des fêtes ou autres mais la première grosse session, c’était à Paris avec Jah Shaka en 2001 je crois…

M.E. : Jah Shaka pour commencer! Comment ça s’est passé?

O. : Je n’en ai aucun mauvais souvenir mais c’est vrai qu’on avait beaucoup de pression, de stress et d’émotion. Sonoriser Jah Shaka d’entrée, ce n’était pas simple… Il ne fallait pas se tromper dans les câblages!

« Les mythiques soirées Dub Action à l’Elysée Montmarte! » 

M.E. : La scène sound system française est aujourd’hui bien développée. Avec le recul depuis toutes ces années, tu penses que tout ça s’est fait progressivement ou il y a eu des événements déclencheurs? Qu’est-ce qui vous a marqué?

O. : La scène française s’est développée progressivement. Mais c’est vrai qu’il y a eu une accélération ces cinq ou six dernières années. Pour nous, le départ c’était les premières soirées « Dub Action » à l’Elysée Montmarte en 1995 et 1996.  On venait spécialement à Paris pour ça, pour voir The Disciples, Aba Shanti I... Je me souviens d’un live de Mad Professor avec Chukki Starr (Singjay anglais NDLR). Il mettait du reverb en direct sur sa voix, c’était fou… Ces soirées étaient mythiques pour nous! L’ étape suivante, c’était la construction de la sono. C’est parti du carnaval de Notting Hill à Londres… En tant que jeunes, on avait l’impression de bien connaître le reggae, on avait des disques et tout… Mais en fait, là-bas le reggae, c’est autre chose, c’est la culture, ce sont les odeurs, les couleurs, les gens… On a pris une bonne claque et on s’est dit : non en fait, on veut faire ça, monter un sound system!

M.E. : Le phénomène des soirées Dub Station ou Dub Club (…) en France a débuté il y a six ou sept ans. Qu’est-ce que ça a changé pour vous et pour la scène dub et sound system?

O. : Cela a permis de populariser les choses! De démocratiser cette culture! Professionnaliser le truc aussi. Maintenant, il y a des structures, des salles sécurisées, des prestations solides, des line-up intéressants. Certains disent que ce sont toujours les mêmes affiches. Peut-être mais avant il n’y avait rien! Après encore avant tout ça,il ne faut pas oublier les locomotives qui ont tiré ce mouvement! Les groupes comme High Tone ou Manutension (leader disparu des Improvisators Dub à Bordeaux NDLR) ont fait beaucoup pour le dub. Si aujourd’hui, il y a plein de producteurs, c’est aussi grâce à eux!

M.E. : Il y a aujourd’hui beaucoup de sounds dub qui partent vers l’électro en France. Blackboard est-il le dernier ambassadeur du roots avec Zion Gate Hi Fi ?

O. : Ambassadeur non! Mais oui on revendique nos origines roots, on adore le roots. Et on joue toujours au moins un passage de roots dans nos sessions. Par exemple, moi je suis un fou de Dennis Brown…. Mais notre truc, c’est de faire plaisir à tout le monde, on s’adapte au public donc si on voit qu’il s’ennuie sur du roots, on va jouer un bon dub bien « punchy » et sautillant et augmenter le BPM. Notamment en fin de session. Tout dépend de l’humeur. Après en roots, en France, le vrai ambassadeur, c’est Zion Gate, il y a aussi Salomon Heritage à Montpellier et quelques autres…

L'ensemble du sound system de Blackboard Jungle.

La sono complète de Blackboard Jungle en 2012. Crédit photo : Luc AS. 

M.E. : Dans les grosses soirées sound system, j’ai l’impression que les platines sont de plus en plus là pour faire joli et tournent de moins en moins, vous jouez encore des vinyles?

O. : Bien sûr, on en joue toujours! Et on va toujours fouiller chez les disquaires. Dernièrement, Nico (le sélecteur et opérateur de Blackboard Jungle) a trouvé le titre « Tribulation » de Bim Shermam et un autre de Al Campbell. On les a joués en session juste après. Les vinyles font partie de notre culture! Et puis, c’est une odeur, une pochette, un groove… Après c’est sûr qu’il y a un problème de poids à transporter des caisses de vinyles, notamment pour les grands trajets… Et pour les dubplates, c’est beaucoup moins cher de les graver sur CD. Mais graver en acétate, c’est sûr que c’est top!

« Un ami a perdu un plombage tellement le son était fort à l’University of Dub! »

M.E. : En dehors de la Dub Station samedi, quelle est votre actualité musicale? Vous sortez bientôt des disques avec les Rockers Disciples sur votre label?

O. : Oui, on a fait deux LPs avec RockDis et ça part à la presse demain (vendredi 7 février NDLR)! Il s’agit d’un disque avec le chanteur espagnol Roberto Sanchez et d’un autre avec les Anglais de Reality Souljahs. Les deux sont en showcase avec des grosses extended versions ! Ce sont des disques fabriqués en famille, des riddims aux lyrics… On a tout fait ensemble, même Roberto a fait les prémixs! Les deux albums devraient sortir d’ici un mois.

M.E. : Samedi à Paris, vous jouez avec African Simba et Dixie Peach au micro et le sound anglais Jah Youth, vous avez déjà joué avec eux?

O. : Oui, African Simba, on le connaît très bien car c’est l’artiste qui était au micro pour « Civilization », notre première sortie en 12′! On a joué avec lui moult fois. Dixie Peach, on a le connaît moins mais on a joué avec lui au Garance l’été dernier. Les deux ensemble, c’est une bonne combinaison! Jah Youth, pour le coup, c’est lui le vrai « Roots Ambassador », d’ailleurs c’est son surnom. C’était le premier sound qu’on a vu à Paris. Sinon on a joué avec eux que deux fois, à Rennes et pour l’University of Dub à Londres l’année dernière. Il est très sympa!

M.E. : Ces soirées University of Dub à Londres, c’est encore un autre niveau que nos soirées françaises, non?

O. : Oui enfin maintenant elles ont déménagé dans un endroit qui fait plus « club » mais avant, celles qui étaient au Brixton Recreation Centre, dans un ancien gymnase, c’était incroyable! Je me souviens y être allé une fois avec Ras Abubakar (le fondateur et sélecteur du sound nantais Zion Gate  Hi Fi NDLR) et un autre ami qui a perdu un plombage lors de la session. Il est tombé tellement le son était fort! Moi je n’ai pas pu tenir dans la salle et je suis resté dans le couloir du coup! (rires).

Recueilli par Musical Echoes.

* Dub Station #43. Samedi 8 février de 23h à 6h. Le Trabendo, parc de la Villette, 211 avenue Jean-Jaurès, Paris 19e. Métro : Porte de Pantin (Ligne 5). 22 € en préventes. 

1517690_10152131503989096_110449708_n

Ecoutez « Civilization » d’African Simba sur un riddim de Blackboard Jungle ici : https://soundcloud.com/eloi75/afrikan-simba-civilization
Regardez un extrait vidéo d’une session live de Blackboard Jungle lors du dernier Reggae Garance Festival ici : https://www.youtube.com/watch?v=rw3t5Zs5V7s

3 réflexions sur “MC Oliva (Blackboard Jungle) : « Notre première grosse session, c’était à Paris avec Jah Shaka! »

  1. Pingback: Chronique: "Blackboard Jungle Showcases" (Vol.1 & 2) | Musical echoes

  2. Pingback: Brain Damage-Vibronics, Jah Shaka-BBJ et Barrington Levy au copieux menu du week-end! | Musical echoes

  3. Pingback: Chronique: « Blackboard Jungle Showcases » (Vol.1 & 2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s