Chronique : « Inna Digital Age » de Weeding Dub

Actif depuis plus de dix ans sur la scène dub française, Weeding Dub vient se sortir son troisième album sur Control Tower. Assurément le plus abouti pour le producteur lillois qui surprend par des styles différents, du reggae digital au stepper à la sauce anglaise. Une belle release décryptée tune par tune par Musical Echoes.

L'album sort aujourd'hui dans les bacs, en CD, vinyle et digital.

L’album est sorti lundi 7 octobre dans les bacs, en CD et en vinyle mais aussi en digital.

 Weeding Dub n’est pas un inconnu sur la scène dub française. Voilà une bonne dizaine d’années qu’il s’active et sort ses productions, d’abord sur des compilations puis pour ses deux premiers albums (« Steppactivism » en 2004 chez Sounds Around et « Sound of Reality » en 2009 chez Control Tower). Le dernier avait d’ailleurs été remarqué et bien accueilli dans le milieu du dub français. Fort d’un nombre incalculable de live en France et à l’étranger, Weeding Dub a-t-il confirmé tous les espoirs dub placés en lui pour sa troisième et dernière sortie?

Annoncé par trois vinyles (deux maxis et un 45T) sortis depuis le début cette année, « Inna Digital Age » prend donc le parti pris du tout digital jusque sur sa pochette  où seule une clé USB trône sans partage. Branchons-la et écoutons attentivement ce qu’il y a à l’intérieur!
Un gros riddim d’entrée qui annonce la couleur : toujours stepper. City Walker, déjà sorti en maxi est un maître du genre bien dark qui risque de faire fureur en sound system des deux côtés de La Manche. Mais surprise, le rythme se fait bien plus chaleureux sur le deuxième titre, Believe in YRSLF, un reggae digital sur lequel Little R développe un flow rafraîchissant et des paroles positives.

Même tonalité positive sur Rootikal Road où Romain (Weeding Dub) a invité ses potes Fu-Steps au micro pour un morceau bien entraînant suivi de son dub (Rootikal Road part 3). L’alliance des trois lascars fait mouche encore une fois et le nombre de sessions live  partagées n’est sans doute pas étranger à cette belle complicité musicale!
Le cinquième morceau est pour sa part totalement instrumental. African Step est l’un des tout meilleurs dubs de l’album, embelli par des cuivres somptueux autant qu’entraînants. Une belle mélodie façonnée à trois avec Robo Ranking et Housman Horns qui donne la pêche et le smile pour la journée.

Retour au stepper plus radical avec un riddim bien cyclique sur Tribute to Elders. Sample mysthique, nappes de synthé menaçantes, échos féroces, nous replongent avec bonheur dans l’Angleterre stepper de la fin des années 90′ et des compilations mythiques du label  Dubhead. Un style increvable! S’en suit Jah set you free, à la construction simple mais efficace qui vaut surtout par la voix fraîche de la chanteuse polonaise Diana Levi et dont le dub, resserré et explosif constitue le morceau le plus court de l’album avec ses 3 minutes 27.

La petite bombe Judgment Remix

Le stepper reprend le contrôle ensuite avec un très bon Chido La Banda, fruit du récent voyage fertile de Weeding au Mexique. Ce morceau inquiétant a d’ailleurs été mixé dans un studio de Mexico et compose aussi la face B du maxi City Walker. Autre tune déjà sortie en vinyle, sur Livication Corner cette fois, Fyah Ah Go Bun Dem a tout d’un hit en puissance : un riddim explosif et efficace, entre dub et dubstep sur lequel navigue avec aisance l’un des chanteurs les plus en vue de la scène reggae/dub européenne : Echo Ranks. Comme il l’avait fait sur le titre de Fabasstone de Dub Invaders, Burn Dem, l’Anglais appelle littéralement à « foutre le feu à Babylone ». Une métaphore bien entendu… La version derrière (Fyah Ah Go Burn Dem part 6) est également  réussie et mérite même un petit haussement de volume pour en ressentir toute la puissance dévastatrice…

Dans un style plus sombre et plus martial, du pur Warrior Style en fait,  Dub for Gaza, tourne un peu en rond et seules quelques petites notes de mélodica éclaircissent un peu cette monotonie. Le morceau suivant s’en ressent d’autant plus comme un vrai choc. Sans transition aucune, on passe sur un beat  assassin où la grosse voix agressive du rappeur  Inja parle du « jugement à venir » avant que le rythme ne s’accélère pour plus de cinq minutes de folie! Ce Judgment remix  est une petite bombe dont on peine à se remettre et son dub (Judgment Remix part 2) est tout aussi renversant. Un vrai coup de poing qui en fait le coup de coeur de l’album et justifie presque à lui seul son acquisition.

Quant au dernier track, il change encore de direction musicale! Quelle surprise d’entendre ces notes de guitare sèche qui introduisent la voix poignante de Madu Messenger du crew  anglais Vibronics. Une sorte de ballade reggae presque acoustique aux paroles particulièrement conscientes. Ce « Brick by brick » magnifique referme l’opus tout en douceur et en optimisme. Il prend également le contre-pied de l’étiquette du tout électronique et tout stepper qu’on collait un peu trop facilement à ces productions. Car cet album navigue en fait sans complexe entre différents styles de reggae/dub.

Une palette musicale étoffée et enrichie, des dubs toujours bien construits, mélodieux ou martelants,  et des featuring solides et parfois surprenants, c’est la recette du succès pour « Inna Digital Age ». La release de la confirmation pour Weeding Dub qui signe là un album fortement recommandé, sinon indispensable qu’on a déjà hâte d’entendre en live. Pourquoi pas le mois prochain à Strasbourg pour le Télérama Dub Festival (8/11/13) ou à Toulouse pour le fameux Dub Club (16/11/13) ?

Musical Echoes.

Tracklisting (CD) :

01: City Walker  – WEEDING DUB
02: Believe In YRSLF  – WEEDING DUB feat. LITTLE R
03: Rootikal Road  – WEEDING DUB feat. FU STEPS
04: Rootikal Road part 3  – WEEDING DUB
05: African Step  – WEEDING DUB meets ROBO RANKING feat. HOUSEMAN HORNS
06: Tribute To The Elders  – WEEDING DUB
07: Jah Set You Free  – WEEDING DUB feat. DIANA LEVI
08: Jah Set You Free part 2  – WEEDING DUB
09: Chido La Banda  – WEEDING DUB
10: Fyah A Go Bun Dem  – WEEDING DUB feat. ECHO RANKS
11: Fyah A Go Bun Dem part 6  – WEEDING DUB
12: Dub For Gaza  – WEEDING DUB
13: Judgment remix  – WEEDING DUB feat. INJA
14: Judgment remix part 2  – WEEDING DUB
15: Brick By Brick  – WEEDING DUB feat. MADU MESSENGER

Tracklisting (LP vinyle) :

A1: City Walker  – WEEDING DUB
A2: Believe In YRSLF  – WEEDING DUB feat. LITTLE R
A3: Fyah A Go Bun Dem  – WEEDING DUB feat. ECHO RANKS
A4: Chido La Banda  – WEEDING DUB

B1: Rootikal Road  – WEEDING DUB feat. FU STEPS
B2: African Step  – WEEDING DUB meets ROBO RANKING feat. HOUSMAN HORNS
B3: Jah Set You Free  – WEEDING DUB feat. DIANA LEVI
B4: Judgment remix  – WEEDING DUB feat. INJA.

Site de Weeding Dub ici : http://www.weedingdub.fr/WD/Home.html

Site de Control Tower Records (label et distribution) ici : http://controltower.fr/

Deux titres (City Walker & Chido la Banda) en écoute ici : 

2 réflexions sur “Chronique : « Inna Digital Age » de Weeding Dub

  1. Pingback: Chronique maxi 45T : OBF et Weeding Dub pour la première release "Dubquake record" | Musical echoes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s