Chronique : « Psychotic symphony » de Panda Dub

L'album "Psychotic Symphony" est disponible en libre téléchargement.

L’album « Psychotic Symphony » est disponible en libre téléchargement.

A seulement 26 ans, Panda Dub n’en est pas à sa première release, loin de là. Le Lyonnais a déjà quelques belles sorties à son actif. Six en fait rien que sur le label français ODG (Original Dub Gathering), toutes en libre téléchargement sauf Antilogy. Son dernier album était donc attendu au-delà de la scène dub rhodanienne. Tour d’horizon de cette Psychotic symphony (sorti le 2 janvier) orchestrée par un panda à la baguette.

Cet opus s’ouvre sur Sometimes I don’t sleep à la lente introduction lunaire pour un premier dub au rythme tranquille et à la basse rampante. Mais la patte du Panda y est immédiatement perceptible. Des sonorités ethniques (ici voix et flûte) ne tardent pas  à compléter un tableau musical déjà étoffé.

Cette même musique dite « ethnique » est omniprésente dans cet album et fait sans conteste toute l’originalité du dub de Panda. Du sitar en ouverture du terrible et énergique Smile is the key ou de Time qui se tranforme en bon dupstep et ressort même ce bon vieux sample de la voix d’Horace Andy cher à l’ODG crew : « I don’t know what’s wrong with the youth of today ».

De la flûte orientale sur le sublime Crazy world  avec là encore, un sample dévastateur très bien intégré au morceau. Mais aussi quelques violons et même de la trompette, notamment pour clore l’album de façon joyeuse et festive au terme d’un Sandiala de plus de 10 minutes aussi énigmatique que profond…

Si l' »ethno-dub » de Into the woods ou de Pleine Lune est bien la marque de fabrique de Panda, on aurait tort de réduire sa musique à cette seule étiquette. Car là où ses précédentes compositions pouvaient parfois lasser par des constructions stepper trop simplistes et ressemblantes, celles de Psychotic Symphony sont bien plus riches et plus variéesBubble Game par exemple est un véritable objet musical non identifié. Débutant par un phrasé hip hop, il se poursuit en dub laptop un peu à la manière des productions de Jahtari (label allemand crée par Disrupt en 2004 qui se spécialise en reggae digital et s’inspire beaucoup des musiques des premiers jeux vidéos).

« No rule in underground »

Mais ce lp recèle bien d’autres surprises, comme le morceau Psychotic Symphony qui mélange avec une certaine aisance un dub profond à de nombreux samples et à une basse très ronflante, lui conférant une tonalité à la fois abstract hip hop et dubstep… Pas étonnant pour un « dub maker » féru de musiques électroniques en tout genre (deep house, minimale, drum n’ bass…) et de hip hop américain. En fait, à l’instar d’un Twelve, le DJ d’High Tone, pour ne citer que l’un des meilleurs, Panda Dub s’affranchit complètement des codes du genre (mais le dub en a-t-il vraiment?) pour créer des morceaux dont il s’amuse à casser la structure plusieurs fois pour changer soudainement de direction musicale.

Un choix revendiqué sur le track suivant au titre explicite : No rule in underground. Là encore, le panda déroule une rythmique assez classique qui mute finalement en dubstep puissant après un passage de violons, une sirène et un sample reggae, rien que ça… Un must qui fait la synthèse des nombreuses influences de cet album finalement plus lunatique que psychotique et dont nombre de tunes devraient cartonner en sound.

En élargissant encore sa palette musicale, Panda Dub nous offre donc un opus expérimental, original et prometteur. Ses morceaux sont percutants et aboutis  et tranchent avec l’aspect un peu répétitif de certaines de ses anciennes productions. Seul petit reproche à ces 56 minutes de plaisir auditif, elles sont composées presque exclusivement sur logiciel (Cubase) et gagneraient peut-être à intégrer un peu plus d’instruments live dont certains sont difficilement remplaçables par un programme, aussi performant soit-il.

Musical Echoes.

Psychotic symphony est en libre téléchargement ici :  http://odgprod.com/2013/01/panda-dub-psychotic-symphony/

TRACKLISTING : 

1-Sometimes I don’t sleep

2-Smile is the ke(Y)

3-Crazy world

4-Into the woods (feat. Poussin)

5-Bubble game

6-Pleine lune

7-Time

8-Psychotic symphony

9-No rule in underground

10-Sandiala.

Un extrait (Psychotic symphony) ici : 

Un autre extrait (Bubble game) ici : 

7 réflexions sur “Chronique : « Psychotic symphony » de Panda Dub

  1. Salut, je cherche à trouver l’origine de la voix dans Panda Dub – Crazy world au alentour de 2min30

    SI quelqu’un peut me renseigner sur l’auteur qui parle durant le son je remercie par avance ! ;,)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s