Chronique : Dub Invaders #2 (High Tone crew sound-system)

D’abord découvrir cette pochette, belle et épurée. Et le retour du cet Invader fait de morceaux de speaker boxes qui a troqué le jaune or pour un bleu profond. Ensuite délicatement l’ouvrir en incisant l’emballage plastique au moyen d’un ongle trop long, d’un couteau ou d’un ciseau. Allumer fébrilement l’ampli, la mixette et la platine. Déposer la première galette, face A. Placer le diamant sur le sillon. Couper les basses avant de les lancer au bout de 30 secondes, pour libérer un rythme puissant, immédiatement entêtant. Prêt pour la deuxième phase l’invasion dub?

Elle a commencé ce lundi 17 décembre lorsque les membres d‘High Tone ont sorti leur deuxième lp Dub Invaderstrois ans et demi après le premier volume. Contrairement au premier opus, c’est un double et non un triple vinyle, soit 12 morceaux au lieu de 16 qui descendent tout droit de la planète dub (Lyon en fait) pour envahir les sound-systems et les platines du pays et bien au-delà. Quatre tracks en moins mais quatre voix en plus! Et non des moindre, aux six membres d’High Tone qui ont fabriqué les instrumentaux, s’ajoutent ainsi quatre chanteurs  : Echo Ranks, El Fata, Solo Banton et Zeb Mc Queen qui posent sur les rythmiques.

Le flow « rough and tough » de Solo Banton

Le premier d’entre eux, Echo Ranks, vient de Leicester en Angleterre comme le sound Vibronics dont il est l’un des chanteurs attitrés. Il ne tarde pas à s’illustrer sur le martelant Burn Dem d’ouverture. Sur un riddim ultra stepper construit pas Fabasstone, Echo Ranks signe là un hit imparable, appelant à « burn dem fire ah go burn dem so… ». Un hymne reggae/dub suivi d’une version dantesque (Burn dub) qui place la barre très haut d’entrée de jeu.
Sur la face B, El Fata, Nigérian basé lui aussi en Angleterre, a tôt fait de convaincre grâce à son timbre chaleureux, posé sur une rythmique massive ina industrial dub style signée Aku Fen! Un bam, encore une tuerie ce Fight for your right dont la version est une petite leçon de dub électronique au tempo haletant, pour ne pas dire déjanté.

Ensuite, c’est Solo Banton qui ouvre la deuxième galette de sa grosse voix rocailleuse en introduction d’un hit reggae revu et corrigé à la sauce dub/dubstep par Led Piperz sur le bien nommé Dub invasion. Pionner du genre, ce dernier arrive à ne pas lasser sur une composition dubstep (une vraie prouesse!) qui sied parfaitement au flow très rough and tough de Solo Banton. Quant à la version, elle prouve qu’on peut surprendre les oreilles et faire remuer les foules en la jouant technique mais sobre. Pas besoin de noyer l’instrumental de wooble bass pour faire un bon morceau dub/dubstep! Bonne nouvelle, non?

Dernier vocaliste, l’Ecossais Zeb Mc Queen qui, après High Damage et Brain Damagepoursuit donc sa collaboration avec la french touch made in Rhône-Alpes en ouverture de la face D avec un Life and Death très réussi. Aux manettes, Roots n’ Future Hi Fi, plus connu sous le diminutif de Dino, le batteur d’High Tone qui a construit un instrumental avec des effets dub « classiques » mais terriblement efficaces : échos, filtres et reverb… Tellement efficaces qu’on ne sort pas indemne de la version (Life and Dub) dont les échos infinis restent dans la tête un bon moment.

Le retour de « N°1 Station »?

Quatre morceaux chantés et leur quatre versions, restent donc quatre tracks purement instrumentales concoctées par Natural High et Twelve. Le premier dans son style caractéristique nous gratifie d’un stepper bien hard angoissant voire anxiogène qui clôt la face A de belle manière : Buzzzer. Morceau dont une autre version encore plus radicale et sombre existe aussi à la fin la face C! Les fans d’High Tone de la première heures auront peut-être reconnu un passage bien ressemblant voire identique à la montée frénétique du morceau technoïde N°1 Station, sorti sur le maxi Low Tone dès 1999. Une simple coïncidence?

Quant au DJ du groupe, Twelve, il compose lui aussi deux perles dub dans un style qui lui est bien propre. Raging Dub s’appuie sur le sample du fameux « crieur » jamaïcain qui introduit nombre de hits reggae digital des années 1980 et part dans électro-dub indomptable et électrisant. Road Corner Dub, le dernier morceau du disque est plus aérien et fait davantage penser à ses compositions abstract hip-hop comme celles qui figurent sur son album solo Perfectly Safe.

Bilan? Seulement 12 tunes, certes mais quasiment autant de tueries! Rien à jeter dans un opus fabriqué de façon artisanale et indépendante de la production à la distribution. Avec ce troisième hommage à la culture sound-system (après le volume 1 et la Dub Box), High Tone s’affirme un peu plus comme l’une des locomotives du dub français. Et si la marque de fabrique du groupe est toujours parfaitement identifiable dans tous ces nouveaux morceaux, son dub ne tourne pas en rond pour autant. L’ouverture aux vocalistes amène un vrai plus tandis que ses instrumentaux reflètent bien les possibilités d’exploration infinies de la dub music. Chaque membre propose  ainsi sa propre direction selon ses sensibilités mais tous se retrouvent à l’arrivée grâce à un dénominateur commun : un dub de qualité. Original autant que radical pour une double galette déjà cruciale!

Musical Echoes.

Tracklisting : 

Side A
Fabasstone feat. Echo Ranks : Burn dem
Fabasstone : Burn dub
Natural High : Buzzzer

Side B
Aku- Fen feat. El Fata : Fight for your right
Aku Fen : Fight for your dub
Twelve : Raging dub

Side C
Led Piperz feat  Solo Banton : Dub invasion
Led Piperz : Dub invasion part-2 (Roots’n Future Hi-Fi remix)
Natural High : Buzzzer dub

Side D
Roots’n Future Hi-Fi feat Zeb Mc Queen : Life and death
Roots’n Future Hi-Fi  : Life and dub
Twelve  : Road corner dub

Le double album Dub Invaders #2 est notamment disponible en vinyle et numérique sur CD1D.com et chez tous les bons disquaires (pas de CD).
Un regret néanmoins, actuellement en tournée, High Tone sound-sytem n’a pas encore prévu de passer par Paris ni même en Ile-de-France pour l’instant.
Les plus chanceux pourront néanmoins allez les voir à Bruxelles, le 31/12 ou encore à Lyon le 22/02 en compagnie d’OBF…
Cette tournée avait débuté en novembre à Marseille avec Dub Addict dans le cadre du Télérama Dub Festival.
Un reportage ici : 

Un extrait (Roots’n Future Hi-Fi feat. Zeb Mc Queen) ici : 

Le double lp "Dub Invaders volume 2" est disponible depuis lundi.

Le double lp « Dub Invaders volume 2 » est disponible depuis lundi.

5 réflexions sur “Chronique : Dub Invaders #2 (High Tone crew sound-system)

  1. Pingback: Dino (High Tone, Dub Invaders) : "Des vibrations différentes en sound-system!" | Musical echoes

  2. Pingback: Dino (High Tone, Dub Invaders) : « Des vibrations différentes en sound-system! »

  3. Pingback: Dino (High Tone, Dub Invaders) : « Des vibrations différentes en sound-system! » | Musical Echoes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s