Chronique : Dub Tentacles # 4

VariousArtists---DubTentaclesvol4---FRONT

C’était jeudi dernier sur la toile. le label français Fresh Poulp Records (basé à Orléans) déployait son quatrième bras armé de 14 tracks pour une grosse heure de son dub/dubstep offert à tous les internautes. Car autant le dire d’entrée, la prédominance de la wobble bass est bien la caractéristique de cette quatrième compilation Dub Tentacles toujours en libre téléchargement. Une bonne nouvelle pour les adeptes de grosses basses qu’il convient d’un peu détailler.

Avec Dubbing Sun, la sélection commence par un vrai dub travaillé et original  enrichi par la voix caverneuse et menaçante à souhait du DJ jamaicain Prince Far I pour un Far I ready de bon augure. D’autant que, passé le « gentillet » mais pas révolutionnaire Sonoras Realidades des Brésiliens de Ecoalaize, deux titres de bonne facture s’enchaînent The Dream World de Full Dub, assez classique mais efficace et surtout, un très bon SpeeDub de PhoniAndFlore. Un titre bien angoissant au riddim hypnotique sur lequel la wobble bass n’est que rampante et qui préfère développer des sonorités métalliques chères au stepper made in UK. Le cinquième morceau constitue sans doute la « bombe » de la compile en même temps qu’il marque un basculement complet vers le dubstep. Avec ce the 7th French Warrior explosif,  le lyonnais Tiburk réussit là un tour de force : un track cent pour cent dubstep efficace et dont on se lasse pas. Si les morceaux dubstep ont souvent cette première caractéristique, rares sont ceux qui ne finissent pas ne fatiguer l’oreille par un excès de wobble bass, ou plutôt par une utilisation de la wobble comme d’une fin en soi.

« Overdose Wobble »

C’est malheureusement le cas de la plupart des morceaux qui suivent. Les fans de dubstep en auront donc pour leur argent ou plutôt leur téléchargement, les autres, amateurs de dub plus roots ou tout simplement plus dub grimaceront sans doute un peu à l’écoute prolongée de la deuxième partie de ce quatrième volet des Dub Tentacles. Car mis à part peut-être le Rockers Sword de Pattatatak ou le Confusing Tongue de Saimn-I & K-Stuff, aucun titre ne déroge à ce format désormais classique et usant qui consiste à libérer une grosse décharge de basses après  avoir fait « monter gentiment la sauce » au moyen de d’artifices plus ou moins subtils (samples, air de mélodica, skanks…).

Il ne s’agit pas ici de faire le procès de dubstep, qui au sein du mouvement dub, infiniment plus vaste et riche, n’est sans doute qu’une mode passagère mais on peut néanmoins regretter cette inclinaison de nombreux artistes de dub à s’engouffrer tête baissée dans cette brèche. Car là où le dub en général n’en finit pas de surprendre les oreilles, le dubstep les fatigue à force de prévisibilité. Pourtant, le jeune américain That Guy, CamstepKoona ou encore Rafael Aragon ne sont pas avares d’efforts pour booster leurs riddims mais le résultat reste mitigé. Même le remix du terrible Fist Full of Dub du Canadien Dubmatix par Dephas8 pourtant bien construit est un peu gâché par des phases presque breakstep, encore plus proche de la drum n’ bass… Et si Dynasty offre un interlude plus calme grâce à la voix de Diamuk, la tendance est quand même au son bien « bourrin » poussé jusqu’à l’overdose de wobble!  La compilation se referme par un remix de World at War signé ZaZen. Un remix « dubstep » précise le tracklisting au cas où le doute serait encore permis… Un dernier morceau un peu à l’image de l’ensemble de l’album : créatif mais inégal, alternant entre dub et dubstep mais finissant par lasser.

Cette  nouvelle sélection du Poulpe est donc le reflet de son époque et donne à entendre un style très en vogue en ce moment. Les remixs foisonnent de toute part et il convient de saluer cette effervescence qui ne peut qu’enrichir la sphère musicale. Le dubstep est l’une des directions que le dub peut prendre. Par essence expérimental et pionnier, le dub peut en prendre des milliers d’autres dont la plupart restent sans doute à inventer! L’un des groupe phare de la scène dub française, High Tone n’a t-il d’ailleurs pas lui aussi défricher dans cette direction? C’était il y a cinq ans, en 2007. A l’époque, la wobble bass était underground et Justin Bieber ne l’avait pas encore utilisée…  Les possibilités « dubbesques » sont donc encore infinies, nul doute donc que la prochaine compilation de Dub Tentacles continuera à proposer de la musique dub dans toute son internationale diversité, de la plus roots à la plus hardcore!

Musical Echoes.

Dub Tentacles #4 à télécharger ici : http://www.fresh-poulp.net/releases/fpr065/

Un extrait (« The 7th french Dub Warrior » de Tiburk) ici : 

Tracklisting : 

1– Dubbing Sun – Far I Ready // SOUNDCLOUD
2 – Ecoalaize – Sondras Realidades (produced by Boss Bass) // SOUNDCLOUD
3 – Full Dub – The Dream World // SOUNDCLOUD
4 – PhoniAndFlore – Speedub // SOUNDCLOUD
5 – Tiburk – The 7th French Warrior // SOUNDCLOUD
6 – Cam Step – Sweet Skunk // SOUNDCLOUD
7 – That Guy – Androids // SOUNDCLOUD
8 – Dubmatix – Fist Full Of Dub (Dephas8 Filth Full Of Dub Remix) // SOUNDCLOUD
9 – Dynasty Feat. Diamusk – Flow’N’ Dissapear // SOUNDCLOUD
10 – Koona – Dub Sistema // SOUNDCLOUD
11 – Patatattak – Rockers Sword // SOUNDCLOUD
12 – Saimn-I & K-Stuff – Confusing Tongue // SOUNDCLOUD
13 – Rafael Aragon – Grand Arab Steppa // SOUNDCLOUD
14 – Zazen – World At War (Dubstep Remix) // SOUNDCLOUD

2 réflexions sur “Chronique : Dub Tentacles # 4

  1. Pingback: Chronique : Dub Tentacles # 4 | Musical echoes | Tropikal Masala | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s